Commencé le 29 juillet, terminé le 5 août 2019.

Intention
Je n'aime pas particulièrement regarder dans le rétroviseur et encore moins que mon passé me cours après. Pourtant des travaux que j'avais réalisés au début du siècle me secoue la manche avec insistance.
A cette époque, je m'étais installé au parc de la Villette. Le paysage était varié. Il y avait des gens, un canal, de la végétation, c'était moderne et bien entretenue. La surface me convenait pour faire mes photos et mes stages en pleine air. En plus ce n'était pas très loin de chez moi. J'étais un photographe heureux qui oeuvrais paisiblement, sans géner personne.
Maintenant, mes photographies réalisées au parc de la Villette veulent se faire la belle. Et bien, qu'elles partent !... je vais les aider, en mentionnant le lieu ou elles furent prises pour mon plaisir.
Pour ce projet, mes photographies iront prendre l'air sur mon site web, présenté en file indienne, sous forme de photo en solo et de suites.

Voir le travail : ARCHIVES / - Parc de la Villette


Commencé le 28 juin, terminé le 4 août 2019.

Intention
A Buges, un vieux pont métallique se reflète dans l'eau couverte de nénuphars. A cet endroit, le canal d'Orléans, le canal de Briard et le canal du Loing se rencontrent.
En prenant position sur le vieux pont qui surplombe les trois canaux, je cherche une direction, un horizon prometteur de belles rencontres. Je songe à mon enfance et ma jeunesse passées dans la région. Mes cheveux ont blanchi mais le paysage n'a pas vraiment changé.
Ce moment m'est plaisant car je vais me projeter dans le futur et créer mon présent... J'en suis déjà nostalgique.
En ce début d'été, j'avoue que le canal d'Orléans couvert de lentille d'eau d'un vert jaune acide me séduit. Sur les berges poussent des hautes herbes, diverses ombellifères et des roseaux.
Pour réaliser mon projet, j'ai l'intention de partir de ce pont et suivre le canal d'Orléans sur vingt ou trente kilomètres en prenant des photographies. Puis je laisserai le canal disparaitre, la-bas, quelque part dans la campagne.
Je terminerai ce travail en le présentant sur mon site web sous forme de suites et de photographies en solo.


Voir le travail : SUITES RÉCENTES / - En suivant le canal d'Orléans



 

Vertigo

À l’ascenseur, nous avons préféré l’escalier.

L’événement a lieu dans l’escalier n°5 de Montmartre aux artistes, cité emblématique de l’architecture moderne des années 30.
L’exposition joue avec le graphisme gris et blanc et les proportions de l’architecture. Elle propose une réflexion sur la symbolique de l’escalier et sa réalité. Le spectateur découvre dans un mouvement ascensionnel et spiralaire la réflexion de quatre artistes sous forme de dessins, de peintures et d’œuvres numériques.
L’escalier par ses circonvolutions ou ses paliers, ses brusques changements de direction symbolise la progression, l’acquisition des connaissances, l’ascension sociale et la transfiguration. Il relie le haut et le bas, le supérieur et l’inférieur. Comme tous les symboles l’escalier revêt aussi un aspect négatif : la descente, la chute, le retour à la matérialité et au monde souterrain. La disposition scénique des œuvres exposées soutient cette conscience accrue de soi et du monde.